DialogueS

Performance réalisée pour le festival Obsolescence, avec Sam et Pascsaq @ La Générale , vendredi 17 Décembre 2010 à 20H30.

14 avenue Parmentier, 75011 Paris, Métro Voltaire.

http://obsolescence.wikidot.com/start

L’électro-encéphalographie (EEG) étudiée au début du XXième siècle par Hans Berger, a été utilisée par la science à partir des années 60-70. Les commercialisations récentes, dans le domaine des jeux vidéos ou des projets open source tels que OpenEEG (1) mettent à la portée du plus grand nombre des détournements et des possibilités expérimentales.

Dans le domaine artistique, c’est Alvin Lucier qui marqua son auditoire en 1965 avec Music for Solo Performer, une pièce où il utilise les EEG pour faire vibrer des objets répartis dans l’espace du concert, une façon de faire entendre “une musique du cerveau”. (2) (3).

Les casques utilisés pour cette performance permettent de filtrer un signal à l’origine “bruité”,pour en retirer des informations sur les ondes cérébrales modulées en fonction de l’attention du sujet. Ici les performeurs contrôlent une partition à l’aide d’une suite de commandes de haut niveau (oui ou non), le programme jlive, réalisé pour la circonstance, se charge de les interpréter, de les “mapper”, c’est à dire de les mettre en relation avec des extraits sonores en fonction du temps et de l’origine de chaque signal. Deux représentations visuelles de la complexité et de l’amplitude relative des ondes encéphalographiques viendront appuyer la partition sonore. Peinture virtuelle d’un imaginaire, la performance met en scène l’hybridation de deux consciences, elle est une manière d’ouvrir un dialogue à multiples facettes, entre plusieurs acteurs : homme, machine et leurs univers sonores et visuels.

Dessins réalisés lors de la performance :

(1) http://openeeg.sourceforge.net/ (2) http://en.wikipedia.org/wiki/Alvin_Lucier (3) http://somethingold-somethingnew.blogspot.com/2009/05/hommage-to-alvin-lucier-saint-merry.html

The electroencephalography studied in the early twentieth century by Hans Berger, has been used by science from the sixties and seventies. The recent marketing in the field of video games or open source projects such as OpenEEG puts within reach of as many, diversions and experimental possibilities.
In the arts, Alvin Lucier scored his audience in 1965 with Music for Solo Performer, a piece of art where he used the EEG for vibrating objects distributed in space of the concert as a way to do listen “music brain. “(2) (3).

The electroencephalography studied in the early twentieth century by Hans Berger, has been used by science from the sixties and seventies. The recent marketing in the field of video games or open source projects such as OpenEEG puts within reach of as many, diversions and experimental possibilities.
In the arts, Alvin Lucier scored his audience in 1965 with Music for Solo Performer, a piece of art where he used the EEG for vibrating objects distributed in space of the concert as a way to do listen “music brain. “(2) (3).

Headsets used for this performance (Mindset) allow to filter the perturbations and extract informations on brain waves modulated by the subject in function of his attention. Here, the performers can control a partition using a serie of high-level commands (yes or no). The jlive program, produced for the performance, is in charge for interpreting them, and to link them with sound clips according to time and origin of each signal. Two drawings of the complexity and the amplitude of EEG waves will support the sound score. As the virtual painting of an imaginary, the performance shows the hybridization of the minds of two players, a dialogue with multiple facets among several actors of different natures : man, machine, their visuals and their soundscapes.