Usinette

Dernières publications dans le journal du festival : Avatarium#14 :

usinette_avatarium_page1

Présentation :

“Une Usinette tient à la fois du fablab et du hackerspace. Une Usinette n’est ni un atelier « clé en main », ni une petite usine franchisée qui proposerait systématiquement les mêmes machines. l’approche privilégiée est plutôt de mettre tout en œuvre pour permettre son évolution en fonction de besoins spécifiques locaux et s’appuyant autant que faire se peut sur des ressources (humaines, matières premières secondaires) disponibles à proximité. Dans une Usinette, adhérents, Utilisateurs s’impliquent pleinement dans le processus de production et transcendent ainsi leur statut de consommateur et travailleur. Libre à eux d’imaginer, de concevoir, de prototyper, d’améliorer pratiquement n’importe quel type d’objet ; voire même de le choisir parmis un catalogue de « biens-communs » qu’ils pourront être amenés à compléter en proposant de nouveaux usages, des améliorations, des documentations. C’est un lieu de production et de partage de connaissance qu’une plateforme internet concourt à faciliter. Les objets et les machines sont protégés sous licence libre (par exemple GPL, eGPL ou Creative-Commons). Les objets et les machines sont protégés sous licence libre (creative-commons). Ce cadre juridique est nécessaire à l’exercice de cette liberté qui est la condition de la transformation, de l’évolution et de l’innovation de ce processus socio-technique.

Le rapport à l’objet produit, à la décision de consommation devient alors un acte réfléchi et repose principalement sur sa valeur d’usage. La production de ce dernier devient du même coup un acte créatif, émancipateur, reposant sur des besoins préalablement identifiés. L’un des axes majeur du projet est de proposer des machines abordables financièrement et techniquement. Dans ce but, l’usage de machine open-source sera une priorité. Pour des raisons similaires, l’approche auto-réplicante selon le modèle de « Constructeur Universel » de John von Neumann sera privilégiée. A la manière de la RepRap, une machine auto-réplicante peut générer plus de la moitié de ses composants. Une machine peut donc produire elle-même ses propres pièces de rechange voire fabriquer sa réplique sous forme de kit à assembler. Dans un futur proche, on peut donc raisonnablement penser que plusieurs Usinette soient en mesure se fournir entre elles. L’émergence de ces laboratoires de fabrication représente une opportunité importante de changement social, tout rejoignant les préoccupations écologiques. Par leurs dimensions réduites, et leurs coûts relativement modeste, ils sont une solution à la déconnexion entre les lieux de production et de consommation et offre une occasion inespéré de reconnecter la fabrication d’objets courant aux propres ressources du territoire en produisant des circuits-courts. L’un des enjeux centraux du projet Usinette est la fabrication d’objets à partir de matière première secondaire issues des déchets (plastique notamment).” Thomas Fourmond

http://usinette.org/